Blog
instance de journal
journal abandonné dans le métro

instance de télévision

instance de télévision
télévision abandonnée sur un montinule de terre dans la rue en pleine nuit

instance de Cray-2

cray-2
Cray-2 et son système de refroidissement exposés dans le couloir de la salle informatique du centre météo France à Toulouse
Un journal enroulé et calé dans un coin d'une rame du métro. C'était hier soir à Paris. Une télévision placée en haut d'un vulgaire monticule de terre en pleine rue. C'était il y a un mois en pleine nuit à Toulouse. Le supercalculateur Cray-2 (1985) et son système de refroidissement à base de perfluorocarbone (un liquide conducteur de chaleur et isolant dans lequel était immergé l'ensemble du système) exposé dans un couloir administratif. C'était la semaine dernière au centre de traitement des données de Météo France. C'est quoi toute cette merde ? La fin des médias qui jonchent le sol. Non, bien la preuve qu'au contraire ils font le territoire comme les stèles qui marquent à la fois les morts et les frontières. Certains voient dans mes origamis un retour au papier provoqué par une lassitude de la technologie. Il s'agit plutôt d'un élargissement de problématiques liées aux médias et technologies au sein d'objets fragiles. Internet n'est plus une boîte dans un coin mais un paradigme qui envahit notre environnement aussi surement que le concept de réseaux nous englobe depuis le siècle des lumières, du corps à l'urbanisme au point d'être devenu un décept plutôt qu'un concept (cf. critique des réseaux, Pierre Musso, 2003). Un exemple récent :

Récemment, Jérôme Clément, directeur d'Arte, déclarait vouloir faire de la chaîne un média global (Arte global). Il dit : Arte n'est plus uniquement une chaîne de télévision mais, de plus en plus, une offre de contenus disponibles sur un ensemble de réseaux. Cette nébuleuse que promet de devenir Arte produit une drôle de sensation. En l'absence d'un support ou média stable (la télévision en l'occurence), j'ai la sensation qu'il devient difficile d'appréhender une information en tant que point de vue sur une réalité. De la même manière, il devient délicat de discerner une représentation de son référent. Cette situation semble encore une fois donner raison à Félix Guattari et son texte "vers une ère postmédia" lorsqu'il prétend que la photo électronique n'est plus l'expression d'un référent univoque, mais production d'une réalité parmi d'autres possibles. A ce titre, je pense que le terme représentation n'est plus approprié pour désigner certaines formes lorsqu'il n'existe plus de relation causale entre une chose et sa re-présentation. Je pense de plus en plus souvent en terme d'instances ou occurences plutôt que de représentations. C'est le cas pour mes origamis.

De deux choses l'une. Mes expériences sont des instances d'informations stockées bien au chaud sur des disques durs et des serveurs ; La carte d'abonnement au cinéma, la carte vitale mais aussi un origami que je réalise selon un modèle publié dans un livre. Ou bien au contraire : Mes données en ligne ou sur mon disque dur sont des instances de mes expériences à chaud. Le déplié de mon origami en ligne est l'instance de mon travail d'atelier de la journée. Qui est le modèle de qui dans cette histoire ? Les deux. Tout le temps. Rien sans l'autre. On ne fait plus rien sans l'archiver, sans lui réserver une place mémoire quelque part que ce soit à priori ou à postériori de l'expérience. Notre place sociale et politique en dépend que ce soit à travers le CV ou la carte d'identité. Bien sûr je le déplore mais je ne peux nier cette condition. En programmation orientée objet (Java, C++), on nomme instance d'une classe, un objet avec un comportement correspondant à cette classe et un état initial. On nomme instanciation, l'action d'instancier, de creer cet objet c'est à dire de réserver un espace mémoire au nouvel objet. "On pourrait dire que la notion de classe est issue de la philosophie platonicienne. La classe est un principe abstrait. Tout le monde sait ce qu'est un cheval sans avoir de cheval à l'intérieur de la tête." (Initiation à l'informatique, Henri-Pierre Charles, 2000). Ce rapport à l'occurence est par exemple sensible dans l'art conceptuel. Il est même fondamental dans les Statements de Laurence Wiener desquels il dit : Je me rendis compte que je voulais passer le reste de mon existence à réfléchir sur l'idée de matériaux en général, plutôt que sur l'idée d'un matériau spécifique. Joseph Kosuth exploite cette notion de manière beaucoup plus lourde et didactique à mon avis (je repense à une discussion à ce sujet avec Laurent Sfar).

L'occurence, cet espace mémoire temporaire, me semble une dimension artistique possible de mon travail. Hier lors de la présentation d'Ordigami à Ars Longa, quelqu'un avait du mal à comprendre si je conçois un déplié d'abord puis en réalise un exemplaire ou bien si je réalise un pliage d'où en découle un déplié. C'est une excellente question que j'aimerai aborder non comme un choix personnel mais un jeu, un écart qui fait sens. D'ordinaire, voila ce qui se passe : Le déplié d'un origami est régit par un protocole : des lignes rouges désignent les plis vallées et des lignes bleues les plis montagnes. C'est un langage véhiculaire. D'un autre coté, je publie des photographies d'un origami dans un contexte spécifique (au plafond dans mon appartement par exemple). C'est l'aspect vernaculaire du travail. Les linguistes distinguent en effet le langage véhiculaire (le latin pour le catholicisme par exemple) du langage vernaculaire (les langues plus locales comme le Catalan). L'écart, la tension ou dislocation de ce rapport m'interresse avant tout. Ce rapport existait déjà au sein du collectif Téléférique. Le téléchargement d'oeuvres représentait la part anonyme, froide, véhiculaire de notre activité. La démo constituait davantage la part chaude, temporaire, vernaculaire de notre collectif. Je trouve cet écart particulièrement réussi dans le projet Carnivore de RSG par exemple. Aujourd'hui, je tente de travailler davantage l'instance au sein d'un jeu dans lequel se confrontent les règles générales et la partie en cours. L'exemple le plus probant à cet égard me semble être le Nomic inventé par le philosophe Peter Suber (que m'avait conseillé Paul Devautour, un expert de l'art comme jeu). Le Nomic a été créé par Peter Suber afin d'illustrer sa théorie sur l'auto-amendement. C'est un jeu de société qui consiste à changer les règles initiales. Chaque joueur à son tour propose au vote d'amender une règle, classée en deux catégories, muable et immuable. Jean-Christophe Brenier en présente clairement les enjeux (en français). Cette relativité des règles qu'instaurent le Nomic semblent être au coeur de la situation politique actuelle et de nos conditions de vie. C'est le débat prudent et policé sur la démocratie participative de Ségolène Royal. C'est le cynisme qui caractérise la multitude selon Paolo Virno : Le cynisme est lié à l'instabilité chronique des formes de vie et des jeux de langage. Cette instabilité chronique met en lumière, au travail comme au temps libre, les règles strictes qui structurent artificiellement les champs d'action. La situation émotive de la multitude se caractérise justement par l'extrême proximité du nombre par rapport aux règles qui innervent les contextes particuliers. A la base du cynisme contemporain, il y a le fait que les hommes et les femmes font surtout l'expérience de règles plus que de faits et ceci bien avant que d'expérimenter des événements concrets. Donc, on n'est plus immergé dans un jeu prédéfini auquel on participe avec une adhésion réelle, mais on n'aperçoit plus désormais que les jeux particuliers, destitués de toute évidence et de tout sérieux que le lien de l'immédiate affirmation de soi. ("Grammaire de la multitude", Paolo Virno, Editions de l'Eclat, 2002, page 58 ).

Le Nomic est la victoire de l'énigme explicite sur l'énigme implicite, du mystère sur le secret, du jeu en art. Le jeu me parait ainsi apte à dépasser un dilemne important que posent Luc Boltansky et Eve Chiapello dans "Le nouvel esprit du capitalisme" (Gallimard, 1999). Ils soulignent combien le capitalisme a triomphé depuis les années 70 grâce à la formidable récupération de la "critique artiste" de mai 68 qu'elle a tuée ainsi que la "critique sociale". Comment concilier alors la "critique artiste" et la "critique sociale" ? Comment concilier le libre arbitre et les acquis sociaux ? Le jeu. Dans lequel les participants ne sont pas seulement des représentations des règles établies mais des occurences aptes à changer les règles.



26 novembre 2006
13-05-2017
02-04-2017
17-03-2017
24-01-2017
10-01-2017
09-01-2017
23-12-2016
13-09-2016
12-09-2016
19-08-2016
12-08-2016
10-08-2016
28-07-2016
20-07-2016
25-06-2016
11-06-2016
24-05-2016
26-04-2016
04-04-2016
05-02-2016
02-01-2016
16-01-2015
30-12-2014
22-12-2014
14-10-2014
10-10-2014
01-10-2014
27-09-2014
12-09-2014
09-09-2014
06-09-2014
31-08-2014
26-08-2014
20-08-2014
14-08-2014
07-08-2014
11-07-2014
26-06-2014
17-06-2014
11-06-2014
21-04-2014
13-04-2014
11-04-2014
28-03-2014
14-03-2014
12-03-2014
07-03-2014
24-02-2014
22-02-2014
09-02-2014
27-01-2014
13-01-2014
16-11-2013
10-11-2013
20-10-2013
12-10-2013
27-09-2013
07-09-2013
13-08-2013
11-08-2013
04-08-2013
02-08-2013
22-07-2013
14-06-2013
03-06-2013
28-05-2013
20-05-2013
14-05-2013
30-04-2013
26-04-2013
13-04-2013
09-04-2013
06-04-2013
22-03-2013
19-03-2013
06-03-2013
24-02-2013
18-02-2013
08-02-2013
03-02-2013
29-01-2013
30-12-2012
29-12-2012
28-12-2012
23-12-2012
14-12-2012
09-12-2012
26-11-2012
11-11-2012
28-10-2012
26-10-2012
23-10-2012
11-10-2012
09-10-2012
05-09-2011
04-07-2011
04-05-2011
26-03-2011
01-09-2010
08-08-2010
07-08-2010
06-08-2010
05-08-2010
04-08-2010
03-08-2010
02-08-2010
01-08-2010
31-07-2010
29-07-2010
28-07-2010
26-07-2010
25-07-2010
15-07-2010
26-06-2010
22-06-2010
08-06-2010
21-04-2010
15-04-2010
08-04-2010
05-04-2010
18-03-2010
14-03-2010
11-03-2010
27-02-2010
21-02-2010
13-12-2009
27-11-2009
23-11-2009
13-11-2009
06-11-2009
25-10-2009
11-10-2009
28-09-2009
27-09-2009
26-09-2009
25-09-2009
23-09-2009
22-09-2009
21-09-2009
13-09-2009
11-09-2009
08-09-2009
06-09-2009
04-09-2009
24-08-2009
20-08-2009
06-08-2009
01-08-2009
21-07-2009
12-07-2009
29-06-2009
23-06-2009
10-06-2009
21-05-2009
16-05-2009
13-05-2009
07-05-2009
01-05-2009
29-04-2009
26-04-2009
08-04-2009
27-03-2009
07-03-2009
01-03-2009
19-02-2009
09-02-2009
24-01-2009
16-01-2009
11-01-2009
20-12-2008
12-12-2008
25-11-2008
12-11-2008
02-11-2008
21-10-2008
30-09-2008
23-09-2008
11-09-2008
09-09-2008
07-09-2008
22-08-2008
17-08-2008
13-08-2008
09-08-2008
16-06-2008
15-06-2008
07-06-2008
28-05-2008
06-04-2008
21-03-2008
15-03-2008
07-03-2008
25-02-2008
15-02-2008
11-02-2008
22-01-2008
19-01-2008
18-01-2008
13-01-2008
10-01-2008
01-01-2008
30-12-2007
29-12-2007
12-12-2007
29-11-2007
23-11-2007
18-11-2007
17-11-2007
11-11-2007
26-10-2007
21-10-2007
30-09-2007
23-09-2007
19-09-2007
13-09-2007
09-09-2007
08-09-2007
29-08-2007
25-08-2007
08-08-2007
06-08-2007
22-07-2007
20-07-2007
17-07-2007
13-07-2007
12-07-2007
07-07-2007
29-06-2007
24-06-2007
11-06-2007
09-06-2007
06-06-2007
23-05-2007
22-05-2007
21-05-2007
17-05-2007
13-05-2007
11-05-2007
29-04-2007
22-04-2007
19-04-2007
04-04-2007
01-04-2007
18-03-2007
16-03-2007
15-03-2007
04-03-2007
01-03-2007
25-02-2007
02-02-2007
27-01-2007
22-01-2007
06-01-2007
30-12-2006
27-12-2006
18-12-2006
15-12-2006
09-12-2006
01-12-2006
26-11-2006
14-11-2006
06-11-2006
23-10-2006
10-10-2006
07-10-2006
03-10-2006
01-10-2006
09-09-2006
08-09-2006
20-08-2006
06-08-2006
27-07-2006
23-07-2006
17-07-2006
15-07-2006
03-07-2006
26-06-2006
09-06-2006
28-05-2006
19-05-2006
16-05-2006
23-04-2006
15-04-2006
02-04-2006
26-03-2006
20-03-2006
09-03-2006
07-02-2006