Blog
"Le pli" de Gilles Deleuze, 1988, Editions de Minuit

architecture design
"Folding in architecture", Glenn Lynn, 1993, Academy editions

architecture non standard
Catalogue de l'exposition Architecture non standard, 2003, Editions du centre Georges Pompidou.


Dissident Ironing, courtesy Diller+Scofidio, 1993-1998

diller+scofidio
Eyebeam Museum of Art & Technology, courtesy Diller+Scofidio

r
Agence R&Sie lors de l'exposition "Architecture non-standard"

L'année 1993 durant laquelle je préparais un diplôme "design & environnement" à l'école Duperré à Paris, est publié par Greg Lynn un numéro spécial de la revue "Design Architecture" intitulé "Folding in architecture" (pliage en architecture). Ce numéro est dédié au pliage comme processus génératif de formes (morphogénèse) dans l'architecture contemporaine telle qu'elle semble se transformer sous l'influence des technologies numériques. De nombreux textes réunis dans ce numéro citent "Le pli" de Gilles Deleuze, paru 5 ans auparavant en 1988. Je me souviens d'ailleurs qu'à cette époque, mes enseignants discutaient beaucoup de ce texte, tantôt fasciné, tantôt circonspect. Quant à moi, je crois avoir été infiltré alors par ce débat sans tout à fait en cerner les tenants et aboutissants. Je développais alors un projet de fin d'études intitulé "Manières de faire". Dans un livre présentant une modulation de formes simples et glissements de contextes, j'y décrivais le designer comme une sorte de boîte à outil conceptuelle (en réalité, c'était quand même plus poétique que ça !). La dernière partie de ma démonstration aboutissait sur des pliages. L'objet de cet article est sans doute de tenter aujourd'hui de mieux comprendre ce qui activait mon travail en sous-main, secrètement et d'affirmer aussi peu à peu les amis et les faux-amis du projet Ordigami aujourd'hui.

Je lirai "Le pli" de Gilles Deleuze finalement 9 ans après sa publication, en 1997, alors que j'avais intégré l'école des beaux-arts de Paris. L'architecture est présente dès la présentation du livre au dos de la couverture qui commence ainsi : "Le pli a toujours existé dans les arts ; mais le propre du Baroque est de porter le pli à l'infini. Si la philosophie de Leibniz est baroque par excellence, c'est parce que tout se plie, se déplie, se replie. Sa thèse la plus célèbre est celle de l'âme comme " monade " sans porte ni fenêtre, qui tire d'un sombre fond toutes ses perceptions claires : elle ne peut se confondre que par analogie avec l'intérieur d'une chapelle baroque, de marbre noir, où la lumière n'arrive que par des ouvertures imperceptibles à l'observateur du dedans ; aussi l'âme est-elle pleine de plis obscurs.". Les dernières recherches de la technologie aussi semblent aussi avoir influencé Gilles Deleuze à l'époque. Céline Lafontaine raconte dans "L'empire cybernétique" (Editions du Seuil, 2004) comment sa conception du sujet a été influencée par sa participation fréquente aux rencontres internationales de cybernétique. Ceci peut aider à expliquer les liens qui se sont tissés entre Deleuze, l'architecture et les technologies dans le discours critique de l'architecture ces dix dernières années.

En 2003, se tient à Beaubourg une exposition intitulée "Architecture non standard" (avec Asymptote, dECOi Architects, DR_D, Greg Lynn FORM, KOL/MAC Studio, Kovac Architecture, NOX, Objectile, Oosterhuis.nl, R&Sie, Servo, UN studio). Cette manifestation semble réouvrir le débat sur les implications de l'informatique dans la mise en oeuvre de l'architecture et notamment la notion de "non standard" en mathématique (introduit par Abraham Robinson en 1961 je crois). Parmi les 12 architectes dont les prototypes sont présentés, on retrouve Greg Lynn, instigateur du numéro spécial de Design Architecture dédié au pliage dans l'architecture dix ans plus tôt. Le titre de l'exposition renvoie également au standard tel qu'il peut être entendu dans l'architecture moderne et l'industrie du XXe siècle. Il faut attendre une conférence de Luc Baboulet (enseignant à l'école architecture de Marnes la Vallée) à l'école des beaux-arts de Toulouse en 2005, pour que je comprenne vraiment ce débat sur l'architecture non-standard. Voici un compte-rendu d'après la lecture de mes notes :

- Le design selon Luc Baboulet peut être observé comme le processus qui mène à une forme, c'est à dire la morphogénèse. A partir de là, il décrit en quoi ce processus est différent principalement dans deux contextes historiques : la modernité fondée sur une économie industrielle d'une part et une société de l'information fondée sur une économie de services d'autre part. Un standard industriel est fondé au XXe siècle sur le positivisme moderne. Ce principe est dicté par les besoins (nature) traduits en demande (commerce) auxquels répondent l'offre (production). Cette vision implique une certaine vision de la nature humaine, universaliste, qu'incarne Le Bauhaus ainsi que le Corbusier par exemple. Cette conception est peu à peu mise en crise par la pensée post-structuraliste : "Qui évalue les besoins de la nature humaine, de quel droit et au nom de quelle idéologie ?" Se forme alors peu à peu un autre paradigme de production des formes appelé aujourd'hui non-standard. Si la production industrielle moderne est structurée de manière hiérarchique puisqu'elle utilise un prototype comme modèle, le modèle de rationalité non-standard de production des objets est structuré au contraire de manière horizontale puisqu'il met en oeuvre un principe de petite variation au sein de la fabrication. Dans le cas d'une chaise de Jean Prouvé, il existe un lien vertical entre le prototype de départ et sa répétition en série. Dans le cas d'une production non-standard, le client sur Internet passe commande d'une chaise qui sera personnalisée selon les variables d'un programme (Kol/Mac). Il existe dans ce cas un lien horizontal entre deux chaises de l'ordre de la variation algorithmique. Le recours au moule dans la production industrielle induit une pensée analytique de la modularité (la chaise de Jean Prouvé est là encore un bon exemple puisqu'elles sont formées de modules imbriqués si je ne me trompe). Le recours aux petites variations dans la production informatique par le truchement de variables et de programmes informatiques induit une pensée synthétique ou la modulation prime sur la modularité. C'est également l'avènement des éléments mono-fonctionnels. L'architecture moderne répartie les fonctions sous forme de modules produits en série : la structure du sol n'est pas la même que celle du mur et celle du plafond. Hors, le temps a montré que certains batiments modernes s'affaissent. La recrudescence de plis dans l'architecture non-standard participeraient donc à une réorganisation des forces. D'un point de vue économique, la production non-standard est proche du Toyotisme (du nom de Taïchi Ohno, ingénieur chez Toyota). Il s'agit de penser à l'envers l'offre et la demande. Au sein d'une entreprise moderne classique, les produits étaient stockés au sein de l'entreprise et la qualité faisaient l'objet d'un contrôle en interne (fordisme). Le Toyotisme est une organisation du travail conçue de manière inverse. il n'y a plus de gestion des stocks mais un flux tendu avec la demande. L'auto activation de la demande permet d'insérer de la variabilité dans les objets qui deviennent tous singuliers. L'entreprise n'a plus besoin de tester la finition au sein de l'entreprise puisque c'est le client qui en contrôle la qualité (rétroactivement). C'est la différence entre le prêt à porter (moderne) et le bricolage subjectif (non-standard). Dans un second temps, Luc Baboulet compare d'un point de vue esthétique le processus non-standard avec la musique baroque d'une part et la musique répétitive américaine, appelée également minimaliste dont les protagonistes souvent cités sont Steve Reich, Michael Nyman ou Philip Glass. Dans les deux cas, des petites variations sont apportées à une ligne mélodique invariante. Comme dans le processus non-standard, il n'y a pas de variations possibles sans invariants.

Ce débat sur l'architecture non-standard a le mérite de mettre en relation clairement un vocabulaire de formes et une esthétique du pli avec l'organisation contemporaine du travail (le Toyotisme) et l'économie actuelle fondée sur les biens immatériels (capitalisme cognitif). Cependant, l'idéologie de l'architecture non-standard semble mû par le sentiment de pouvoir être le reflet de la singularité de chacun de façon hypocrite. Peut-on parler de représentation citoyenne dans une architecture qui propose de personnaliser son appartement par la manipulation de variables dans un programme ? Je rigole un peu... C'est en tout cas l'hypothèse qui semble formulée lors de l'exposition "I've heard about..." de l'agence R&Sie aux couvents des cordeliers à Paris en 2005, agence d'architecture présente également sur l'exposition non-standard deux ans auparavant. Ce joli rêve flirte un peu avec les technologies RFID, GPS ou WIFI qui permettent d'identifier des profils de consommateurs. Sans ce discours utopique grandiloquent, ce sont des formes vraiment intéressantes. Je suis d'accord pour appréhender les objets techniques d'un point de vue culturel comme le décrit si bien Gilbert Simondon mais changer une variable dans un programme ne relève pas d'un choix véritable humain ou individuel... La question de l'individualisme est d'ailleurs soulevée dans le communiqué du débat qu'a organisé le centre Pompidou au moment de l'exposition : "L'enjeu pour les architectures non-standard est bien de nous conduire vers une aporie autrement radicale : la généralisation du singulier, dans un nouvel ordre qui serait celui du non standard. Mais faut-il prendre au sérieux cet individualisme lourd et riche de nouvelles responsabilités qui serait la marque emblématique de nos sociétés au 21e siècle ? Ne faut-il pas y voir plutôt, d'infimes variations autour d'une norme de plus en plus écrasante ? Bref, le social est-il, sera-t-il au rendez-vous de la morphogenèse ?". Le processus non-standard semble donner à l'esthétique une fonction identitaire. Bien. Cette perspective me fait penser à la conclusion d'Yves Michaux dans "L'art à l'état gazeux" (critiquable par ailleurs sur de nombreux points). Lorsque l'art sert à représenter des identités, on alimente l'économie touristique qui vise à identifier des groupes, communautés ou états par des monuments (Guggenheim de Bilbao) ou des représentations figées du corps. C'est pas la panaçée si je peux me permettre... Dans un court article publié sur le site de la revue Multitudes en mai 2004, Brian Holmes s'intérroge à son tour sur une architecture spectacle qui semble écarter les questions d'urbanismes, c'est à dire la vie collective et sa représentation. Il ajoute : "l’architecture non-standard aura une fonction sociale : celle du sublime postmoderne, qui permet à l’individu de se mesurer à l’effroi de l’inconnu, de s’adapter à des situations de disjonction et de dissonance cognitive, où il ne maîtrise que très partiellement le flux d’informations et de sensations dans lequel il baigne. Ce sera, comme l’architecture baroque en son temps, un spectacle éblouissant pour le peuple qui s’y pâmera en admiration, et une expérience de dépaysement étrangement rassurante pour les élites transnationales, qui retrouveront dans l’apparent chaos quelques éléments reconnaissables (le rythme connu d’une boucle de rétroaction, le caractère translucide d’un polymère de pointe...)." (c'est plutôt bien balancé je trouve mais je n'adhère pas à une vision qui stigmatise le "peuple" en victime).

Dans l'Abécédaire, Gilles Deleuze raconte que ce qui lui a le plus fait plaisir, dans le courrier qu'il a reçu après la publication du Pli, ce n'étaient pas les lettres d'universitaires, mais celles d'un club d'origamistes et d'un club de surfeurs. Lorsque j'ai ouvert le site Ordigami, je voyais une adéquation entre la démocratisation du pliage et celle des technologies d'autant que la communauté des origamistes est très active sur Internet même si elle véhicule parfois une esthétique ringuarde. Les liens conceptuels qui unissent l'origami avec les technologies sont évidents (diagramme, complexité, etc.) et permettent à l'origami de représenter des enjeux que posent les technologies et les problématiser à distance, avec ironie aussi. D'un point de vue formel, la pratique du pliage oblige à concilier les parties avec le tout. C'est d'ailleurs le cas dans l'architecture non-standard et la fin des éléments mono-fonctionnels. Le mur et le sol sont pensés en continuité, ce qui explique une recrudescence de courbes. En origami, chaque espace de papier est dépendant du reste de la surface ce qui implique un certain sens de l'économie qui symbolise pour moi un équilibre. C'est comme dans la vie, on ne peut pas séparer le travail, l'amour, le sexe, et le reste. L'origami m'apparait donc depuis un moment comme un processus de réconciliation à plusieurs niveaux. Si je suis sensible à la "réconciliation", aux formes de représentations sociales par exemple, ce n'est pas une question morale personnelle mais une affaire politique. Ce que m'évoque par exemple les tensions politiques actuelles en France, c'est un problème de représentation très simple. Des situations collectives formées de manières constructives n'arrivent pas à être représentée (voir The Pro-am revolution). Pourquoi le ministre de la culture Donnedieu de Vabres voit Internet comme une menace contre la culture alors qu'il s'y produit des espaces artistiques inédits ? Pire, je pense tout simplement qu'il ne connait pas son dossier.

26 juin 2006
13-05-2017
02-04-2017
17-03-2017
24-01-2017
10-01-2017
09-01-2017
23-12-2016
13-09-2016
12-09-2016
19-08-2016
12-08-2016
10-08-2016
28-07-2016
20-07-2016
25-06-2016
11-06-2016
24-05-2016
26-04-2016
04-04-2016
05-02-2016
02-01-2016
16-01-2015
30-12-2014
22-12-2014
14-10-2014
10-10-2014
01-10-2014
27-09-2014
12-09-2014
09-09-2014
06-09-2014
31-08-2014
26-08-2014
20-08-2014
14-08-2014
07-08-2014
11-07-2014
26-06-2014
17-06-2014
11-06-2014
21-04-2014
13-04-2014
11-04-2014
28-03-2014
14-03-2014
12-03-2014
07-03-2014
24-02-2014
22-02-2014
09-02-2014
27-01-2014
13-01-2014
16-11-2013
10-11-2013
20-10-2013
12-10-2013
27-09-2013
07-09-2013
13-08-2013
11-08-2013
04-08-2013
02-08-2013
22-07-2013
14-06-2013
03-06-2013
28-05-2013
20-05-2013
14-05-2013
30-04-2013
26-04-2013
13-04-2013
09-04-2013
06-04-2013
22-03-2013
19-03-2013
06-03-2013
24-02-2013
18-02-2013
08-02-2013
03-02-2013
29-01-2013
30-12-2012
29-12-2012
28-12-2012
23-12-2012
14-12-2012
09-12-2012
26-11-2012
11-11-2012
28-10-2012
26-10-2012
23-10-2012
11-10-2012
09-10-2012
05-09-2011
04-07-2011
04-05-2011
26-03-2011
01-09-2010
08-08-2010
07-08-2010
06-08-2010
05-08-2010
04-08-2010
03-08-2010
02-08-2010
01-08-2010
31-07-2010
29-07-2010
28-07-2010
26-07-2010
25-07-2010
15-07-2010
26-06-2010
22-06-2010
08-06-2010
21-04-2010
15-04-2010
08-04-2010
05-04-2010
18-03-2010
14-03-2010
11-03-2010
27-02-2010
21-02-2010
13-12-2009
27-11-2009
23-11-2009
13-11-2009
06-11-2009
25-10-2009
11-10-2009
28-09-2009
27-09-2009
26-09-2009
25-09-2009
23-09-2009
22-09-2009
21-09-2009
13-09-2009
11-09-2009
08-09-2009
06-09-2009
04-09-2009
24-08-2009
20-08-2009
06-08-2009
01-08-2009
21-07-2009
12-07-2009
29-06-2009
23-06-2009
10-06-2009
21-05-2009
16-05-2009
13-05-2009
07-05-2009
01-05-2009
29-04-2009
26-04-2009
08-04-2009
27-03-2009
07-03-2009
01-03-2009
19-02-2009
09-02-2009
24-01-2009
16-01-2009
11-01-2009
20-12-2008
12-12-2008
25-11-2008
12-11-2008
02-11-2008
21-10-2008
30-09-2008
23-09-2008
11-09-2008
09-09-2008
07-09-2008
22-08-2008
17-08-2008
13-08-2008
09-08-2008
16-06-2008
15-06-2008
07-06-2008
28-05-2008
06-04-2008
21-03-2008
15-03-2008
07-03-2008
25-02-2008
15-02-2008
11-02-2008
22-01-2008
19-01-2008
18-01-2008
13-01-2008
10-01-2008
01-01-2008
30-12-2007
29-12-2007
12-12-2007
29-11-2007
23-11-2007
18-11-2007
17-11-2007
11-11-2007
26-10-2007
21-10-2007
30-09-2007
23-09-2007
19-09-2007
13-09-2007
09-09-2007
08-09-2007
29-08-2007
25-08-2007
08-08-2007
06-08-2007
22-07-2007
20-07-2007
17-07-2007
13-07-2007
12-07-2007
07-07-2007
29-06-2007
24-06-2007
11-06-2007
09-06-2007
06-06-2007
23-05-2007
22-05-2007
21-05-2007
17-05-2007
13-05-2007
11-05-2007
29-04-2007
22-04-2007
19-04-2007
04-04-2007
01-04-2007
18-03-2007
16-03-2007
15-03-2007
04-03-2007
01-03-2007
25-02-2007
02-02-2007
27-01-2007
22-01-2007
06-01-2007
30-12-2006
27-12-2006
18-12-2006
15-12-2006
09-12-2006
01-12-2006
26-11-2006
14-11-2006
06-11-2006
23-10-2006
10-10-2006
07-10-2006
03-10-2006
01-10-2006
09-09-2006
08-09-2006
20-08-2006
06-08-2006
27-07-2006
23-07-2006
17-07-2006
15-07-2006
03-07-2006
26-06-2006
09-06-2006
28-05-2006
19-05-2006
16-05-2006
23-04-2006
15-04-2006
02-04-2006
26-03-2006
20-03-2006
09-03-2006
07-02-2006